Projet ASSANAF

Projet d‘Amélioration de la Situation de Sécurité Alimentaire et Nutritionnelle par l‘Alphabétisation Fonctionnelle avec l’approche Reflect: (ASSANAF/Reflect)

 Depuis son accession à la souveraineté internationale, l’Etat du Sénégal a mis en œuvre différentes politiques et stratégies de développement économique et social comme le DSRP, PSE…etc. En dépit des résultats obtenus, des contraintes et des difficultés persistent encore.

En effet, malgré les différentes politiques et stratégies agricoles nationales mises en œuvre, les moyens d’existence des ruraux restent à la fois faibles et fragiles

La sécurité alimentaire et nutritionnelle et la promotion d’une agriculture résiliente et durable dans un contexte de changement climatique constituent toujours des priorités et des défis à relever pour le Sénégal. Dans les zones rurales où intervient le programme, la situation d’insécurité alimentaire et nutritionnelle est encore une réalité qui affecte une frange importante des ménages. Les causes identifiées sont essentiellement dues à:

  • une baisse et une insuffisance des productions agricoles au niveau des exploitations familiales,
  • une insuffisance des revenus des ménages ruraux par rapport à leurs besoins alimentaires due à la non diversification des sources de revenus des ménages et à la faiblesse de l’entreprenariat rural,
  • une faiblesse de la résilience des populations face aux effets des changements climatiques
  • une insuffisante valorisation et utilisation des productions agricoles disponibles.
  • l’accès difficile à l’information financière et au crédit,
  • le faible niveau d’alphabétisation (plus de 50%) des populations dans les régions cibles du programme : 53% à Thiès ; 51,1% à Fatick ; 53,6 à Kaolack ; 66,9% Kolda, 61,9% à Kaffrine et 75,5% à Tambacounda.

A cela s’ajoute le manque d’organisation des producteurs ainsi que la faible capacité des organisations en management et en leadership qui constituent autant de contraintes à la promotion d’un véritable entrepreneuriat agricole et rural qui permettrait à la fois de mieux valoriser les productions agricoles, de même que les autres opportunités économiques liées à la production et de fournir des revenus suffisants aux entrepreneurs ruraux.

Au vu des différents problèmes identifiés,  il convient de prendre en charge les besoins des populations ci-dessous circonscrits :

  • l’amélioration des stratégies et techniques de production et des rendements agricoles ;
  • la diversification des sources de revenus ;
  • le développement de l’entreprenariat rural par un accès à l’information financière,  au crédit et au renforcement des compétences techniques ;
  • une éducation pour un changement de comportement face aux changements climatiques, à la nécessité d’une valorisation et d’une bonne utilisation des productions agricoles ;
  • une alphabétisation fonctionnelle qui intègre harmonieusement les autres besoins en formation identifiés dans les différents axes d’intervention du programme.

La volonté d’apporter une réponse adéquate aux besoins exprimés des populations, s’avère réaliste et réalisation au vu des potentialités qui existent dans les différentes régions cibles. Il s’agit principalement :

  • la mise en œuvre de différents programmes (Programme d’ Appui à la Sécurité Alimentaire, PUDC, à la Nouvelle Politique Agricole… etc.) dans un environnement institutionnel favorable.
  • un capital humain disponible (hommes, femmes, jeunes et adultes) mû par une volonté de changer leurs conditions de vie.
  • les opportunités économiques des régions cibles comme la terre, les points d’eau… etc.

Le Programme Sénégal Émergent dans son axe 2 intitulé « Capital humain, Protection sociale et Développement durable ambitionne de disposer d’un capital humain de qualité pour relever les nombreux défis du développement économique et sociale.

Dans l’acte III de la décentralisation, il s’agit de promouvoir la communalisation universelle en vue de disposer de territoire économiquement viable.

Selon la LPS (Lettre de politique sectorielle (LPS) de Janvier 2013),  il s’agit pour l’Education de Base des Jeunes et des Adultes (EBJA) de doter les citoyen(ne)s n’ayant jamais été à l’école ou l’ayant quittée très tôt, de connaissances fondamentales et de compétences de vie courante dans une perspective d’insertion socio-économique, de citoyenneté et d’éducation tout au long de la vie.

Le présent projet d’Alphabétisation fonctionnelle préconisé par ALPHADEV à travers l’approche REFLECT  est en phase avec les orientations et la vision et les objectifs déclinés dans les politiques et programme de développement du Sénégal  comme évoqués ci-dessus.

En effet, le projet permet de doter les apprenantes alphabétisé(e) de compétences de base nécessaires leur permettant de devenir un citoyen enraciné, avisé et ouvert; d‘être un agent de développement endogène participant à la construction de son propre devenir et à celui de la communauté; et apte à se placer dans un perfectionnement continu tout au long de la vie pour tendre vers l’autonomie.

Autrement, le projet formera des citoyens capables de:

  • lire, écrire, calculer et utiliser ces instruments pour résoudre des problèmes de vie courante,
  • organiser, épargner, gérer, entreprendre, produire et compétir.
  • S’inscrire dans la vie active tout en contribuant à la mise en place et à l’élargissement d’un environnement lettré dans les langues nationales,
  • Produire plus et mieux tout en sauvegardant les conditions de la production. Notre projet est également en phase avec le programme de H3000. En effet, il permet de former des types de citoyens imbus de valeurs et  capables de contribuer à l’amélioration  des productions agricoles, au renforcement des moyens d’existence des ménages, à la gestion des ressources naturelles et de la résilience des communautés, à la valorisation et à l’utilisation des productions agricoles.

Enfin, le projet d’alphabétisation, eu égard à son caractère transversale, contribuera sans nul doute  à l’atteinte des ODD mais plus particulièrement aux ODD4 (Assurer l’accès de tous à une éducation de qualité, sur un pied d’égalité, et promouvoir les possibilités d’apprentissage tout au long de la vie) et ODD5 (Egalité entre les sexes)  qui seront les principaux centres d’intérêts des programmes de formation.