Uncategorized

Rapports d’activités Alphadev 2008

 

SOMMAIRE

I GENRE ET DÉVELOPPEMENT

– CELEBRATION DE LA JOURNEE INTERNATIONALE DE LA FEMME : 08 MARS 2008

– LANCEMENT DU PROJET PROMOTION DE L’APPROCHE GENRE DANS

LES PRATIQUES SOCIALES ET POLITIQUES PUBLIQUES DECENTRALISEES.

– ETUDE DIAGNOSTIC SUR LA SITUATION DE REFERENCE DES GROUPEMENTS

– ATELIER DE RESTITUTION ETUDE DIAGNOSTIQUE

– ANIMATIONS JURIDIQUES

  1. RENFORCEMENT DE CAPACITÉ

– FORMATION EN GENRE ET DEVELOPPEMENT DURABLE

-FORMATION SUR LE LEADERSHIP FEMININ ET LE DEVELOPPEMENT LOCAL

– CONGÉS SOLIDAIRES

– OUVERTURE DES CERCLES

– ALPHAFR

III PARTENARIAT

– VISITES D’ÉCHANGES AU CANADA

IV AUTRES ACTIVITES

V VISIBILITÉ

CONCLUSION

Introduction :

ALPHADEV a ouvert de nouveaux chantiers durant cette année, mais également la

consolidation de ses acquis. Il s’agit pour l’équipe d’alphadev de répondre aux

nombreuses sollicitations de la population qui entre dans sa lutte contre l’exclusion

sociale.

L’offre de services et l’esprit d’équipe ont permis à ALPHADEV d’assurer son

fonctionnement de façon autonome.

Durant cette année 2008, les activités ont tourné autour des axes suivants :

I / GENRE ET DEVELOPPMENT

  1. Célébration de la Journée Internationale de la Femme : 08 mars

2008

ALPHADEV dans le cadre de la promotion du

genre a commémoré, la Journée International

de la Femme le 8 Mars 2008 par un forum

intercommunal à la maison de la femme de

Malika regroupant les élues des communes de

Yeumbeul nord, Yeumbeul sud, Malika, et de

Keur Massar, des femmes enseignantes et des

membres d’Organisations de la Société Civile,

a été tenu sur le thème participation crédible et efficace des femmes aux élection

locales.

L’objectif de la session était de faciliter le dialogue entre

conseillères et femmes leaders afin d’élaborer des stratégies

pour une participation crédible des femmes aux élections

locales.

  1. Lancement du projet promotion de l’approche genre dans les pratiques

sociales et politiques publiques décentralisées.

Dans le cadre de la mise en œuvre du Programme d’Appui au Programme National de

Bonne Gouvernance composante Acteurs Non Etatique (9ème Fonds Européen de

3

Développement), ALPHADEV bénéficiant du programme financé par l’Union Européenne

et l’Etat du Sénégal a organisé une journée de lancement du projet promotion de

l’approche genre dans les pratiques sociales et politiques publiques décentralisées.

L’atelier de lancement a été tenu le 5 juin 2008 au CDEPS

de Yeumbeul Nord.

Les participants (es) étaient composés des élues locales

(Yeumbeul, Malika, Keur Massar), des membres du bureau

de la fédération, des parajuristes, des animatrices, des

représentants des associations locales et des étudiants.

L’objectif était de partager le projet et de réfléchir sur les stratégies d’intégration du

genre dans les pratiques sociales et politiques publiques décentralisées.

  1. a/ Mobilisation sociale

Suite à l’atelier de lancement, une mobilisation sociale

a été organisée pour la promotion et la vulgarisation

du projet promotion de l’approche genre au niveau de

la communauté de la zone des Niayes et sur toute

l’étendu du territoire national.

Il y avait une forte délégation du Ministère de la

Famille, de l’Entreprenariat féminin et de la Micro finance composée de la cellule genre,

de la direction de la protection des droits de l’enfant et la direction pour la promotion de

l’entreprenariat féminin, Les autorités locales, avec le sous Préfet de la zone des Niayes,

les représentants des maires et les élus locaux.

Il y avait également les représentants de l’unité de gestion du projet (UGP /PAPNBG). Les

notables de quartier, les autorités coutumières, les Imams, les directeurs d’école, les

ONGs et les associations locales, les membres de la fédération des femmes « Jàng ngir

suqaliku » et toute la population environnante.

Les participants étaient prés de 2000.

La manifestation a été largement couverte par les

médias : Journal télévisé de 20H de la RTS le 05

juin, journal télévisé en langues française et

4

nationales de Canal Info le 07et 08 juin, journal télévisé d’Africable du 6 juin 2008, presse

écrite, le Soleil et le Quotidien.

Il y a eu aussi les radios communautaires telles que : Oxygènes, Afia FM, Ndef leng.

  1. Etude diagnostic sur la situation de référence des groupements et des

partenaires au projet dans les régions de Dakar Thiès Kaolack et Saint Louis

Elle s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de l’action « Promotion de l’Approche

Genre dans les pratiques sociales et politiques décentralisées »

De manière plus précise, l’objectif de l’étude est de produire un document de référence

sur les besoins en formation des acteurs/actrices et particulièrement des femmes et des

filles, à partir de données quantitatives et qualitatives permettant de réaliser un état des

lieux dans la zone d’intervention d’ALPHADEV.

L’étude diagnostic a été effectuée par une personne ressource en collaboration avec une

équipe de vingt quatre (24) enquêteurs.

Elle a été effectué sur un échantillon de (47) organisations de femme et de jeune fille, sur

(32) familles et (08) organisations et collectivités locales de nos zones d’intervention.

Des questionnaires ont été élaborés et administrés aux cibles puis le dépouillement et la

synthèse des donnés ont été fait.

Eléments tirés

➢ sur 47 groupements évalués, que le niveau de fonctionnement est moyen (15 sont structurés et fonctionnels, 24 moyennement structurés et 08 pas du tout structurés).

➢ Leur principale activité reste pratiquement le commerce (35 groupements sur 47

l’exercent soit un taux de 74,46%).

➢ Nous avons aussi noté que la force de la quasi-totalité des groupements repose

sur la solidarité et le financement.

➢ En outre la faiblesse la plus importante pour les groupements de femme reste

l’insuffisance des financements pour mener des activités de grande envergure.

➢ Leur niveau d’assimilation du genre est très faible et l’accès aux services sociaux

de base près que inexistant.

Cependant dans les collectivités et organisations locales le genre est compris mais n’est

pas pris en compte dans leur fonctionnement, dans l’élaboration et l’évaluation de leur

politique.

5

Dans les familles, le niveau de discrimination est assez faible la plus part des ressources

sont contrôlées par les femmes. L’accès aux services sociaux de base reste encore

difficile.

  1. Atelier local de restitution de l’étude diagnostic sur la situation de référence

des groupements dans la région de Dakar

L’atelier de restitution de l’étude diagnostic de la situation de référence des groupements

a été tenu durant septembre 2008 au CEDEPS de Yeumbeul

L’objectif était de valider les données recueillies afin de trouver des solutions aux

problèmes identifiés dans les groupements pour développer des actions concrètes à

mettre en œuvre.

  1. Animations juridiques

Dans le souci d’informer et de mieux vulgariser leurs droits et devoirs, ALPHADEV

organise des animations juridiques au sein des groupements de femmes à travers la

région de Dakar, Saint louis et Thiès. C’est ainsi que des causeries ont été tenues dans

les cinquante neuf (59) groupements de la fédération « Jàng Ngir Suqaliku » de la

fédération des femmes de Dounguel (Saint Louis) qui regroupe trois (3) groupements de

femmes et dans les huit (08) nouveaux centres d’alphabétisation (Yeumbeul, Malika, Keur

Massar, Bayakh).

Les différents thèmes abordés tournent autour de :

▪ La famille (Le mariage rôle et responsabilité des parents envers les enfants,

obligation alimentaire….).

▪ Les actes d’Etat Civil (acte de naissance, mariage, divorce..ect)

▪ Les violences faites aux femmes et aux enfants et ses mesures de prévention.

▪ Le genre

▪ GIE /Association (niveau organisationnel de groupement, Activités génératrices de

revenus, rôle et responsabilité des membres d’un groupement, outils de gestion,

remobilisation, le leaderships).

Dans les causeries le nombre de bénéficiaires par animation se situe entre 10 et 25

participants (es)

Dans les manifestations de quartier ils ou elles étaient entre 30 à 120 bénéficiaires par

manifestation.

6

Le nombre d’heures totalisé est aux environs de 780h soit 1h30mm à 3h par animation

publique.

Résultats obtenus

➢ 398 animations tenues (390 Causeries, 8 manifestations publiques dans les

quartiers).

➢ Redynamisation des groupements de la fédération

➢ Conscientisation des femmes et des jeunes filles des groupements sur leurs droits

et devoirs à travers les thèmes développés (4.002 participants dont

3802 femmes et 200 hommes)

➢ Engagement et implication des femmes

Difficultés rencontrés

➢ L’indisponibilité de certains hommes pour participer aux causeries

➢ Thème très sensible pour faire face à la coutume tel que l’excision, le genre… etc.

  1. Célébration de la Journée mondiale de prévention des abus envers les

enfants

ALPHADEV membre de la coalition

mondiale de prévention des abus envers

les enfants, a célébré la journée mondiale

du 19 Novembre 2008, portant sur la

prévention des abus envers les enfants

par l’organisation une animation portant

sur le thème viol au centre des jeunes

filles de Malika et à l’école en

collaboration avec les instituteurs et les animateurs pour sensibiliser les jeunes et les

enfants sur la prévention du viol. Avec la présence de 100 participants (enfants et jeunes

filles).

Il s’agissait de réfléchir par l’approche Reflect, développée par ALPHADEV, sur les

causes et conséquences que constituent ce fléau pour la population, mais également de

dégager des stratégies de préventions adaptées à nos réalités socio économiques

7

II/ RENFORCEMENT DE CAPACITE

  1. Formation en Genre et développement durable

La chargée de programme des droits de la femme et de l’enfant d’ALPHADEV a bénéficié

d’une formation en genre et développement organisée par l’Association Interdisciplinaires

de Développement Environnemental (AIDEP) en collaboration avec le monde selon les

femmes du 14 avril au 14 mai 208 en Belgique

  1. Formation sur le leadership féminin et le développement local

Suivant les recommandations de l’atelier de lancement et dans le souci de satisfaire les

besoins, il a été organisé une session de capacitation des femmes leaders et des

conseillères sur le leadership et le genre.

Les participants étaient au nombre de 40

participants composés des conseillères des 4

communes (Yeumbeul Nord et Sud, Malika et

Keur Massar.), des femmes leaders de la

fédération « Jàng ngir Suqaliku », et les

facilitateurs des régions de Thiès, Kaolack et de Saint Louis (Dounguel)

Plusieurs thèmes ont été abordés notamment

▪ La décentralisation (définition, les 9 domaines de compétences transférés, rôles

des élues …).

▪ le genre et leadership.

▪ Les droits de la femme (les textes qui éliminent toutes formes de discrimination

envers les femmes

Le régime matrimonial, le droit d’accéder à la justice, droit à la participation, à l’habitat, à

la succession …..).

Les techniques de campagne électorale et de communication.

Dans le cadre des politiques mises en place une large place est prévue pour la

décentralisation et une participation de qualité des femmes à la gestion des affaires

locale.

Des chiffres ont été donnés pour étayer l’argumentation. Le nombre de région au Sénégal

(11) ,67 communes, 43communes d’arrondissements et 420 communautés rurales …

8

Les rôles des élus locaux plus précisément ceux des conseillères (qui sont la porte parole

de la population, par conséquent elles doivent recenser leurs besoins pour le

développement local) ont été aussi développés.

Recommandations ➢ Décentralisation de la formation dans les régions

➢ Autre session de formation sur les enjeux budgétaire dans les collectivités, le vote,

droit de la femme, le plaidoyer …

  1. Suivi organisationnel des groupements

Les trois réseaux des groupements (Jokkoo/Jokkondiral, Bamtaaré/JIgéen ñi et

Dental/Jigéen ñi) se réunissent chaque mois avec l’équipe

de suivi d’ALPHADEV pour faire l’état de leurs activités qui

se tournent au tour de prêts rotatifs au sein de leurs

groupements. Cette année les deux

réseaux (Bamtaaré/Jigéen et Jokkoo/Jokkondiral) ont

financé respectivement un montant de 5 000 000FCFA et

3 000 000FCFA à leurs groupements membres pour le

développement de leurs activités.

  1. Ouverture de cercles Reflect et Alphabétisation familiale dans les régions de Kaolack, Thiès et Dakar

Dans de le cadre de la mise en place de son programme expérimental Reflect et

Alphabétisation familiale, une session de formation des facilitateurs a été tenue suite à

l’étude de milieu menée durant le mois d’avril 2008.

Cet atelier de formation de facilitateurs a été tenue au mois de juin et a regroupé une

dizaine de participants, venant différents groupements ciblés. Cette session a permis

d’aborder différents thèmes que sont entre

autres : la notion de la famille, les rôles et

responsabilités des parents dans l’éducation

des enfants…

Atelier de formation des facilitateurs

9

Ainsi nous avons ouvert 08 cercles (centres d’alphabétisation) qui sont répartis comme

suit : 1 à Malika ,2 à Yeumbeul, 3 à Keur Massar (2 Darou Missette et 1 Boune), 1 à

Bayakh, et 1 à Fass Baba Thiané (Kaolack).

Résultats obtenus

➢ Les cercles ont démarré avec un effectif de

310 bénéficiaires.

➢ Tenue régulière des séances

➢ Les participantes sont sensibilisées sur les

procédures de déclaration de naissance, de

reconnaissance juridique, sur les violences

Cercle Fass baba thiane faites aux femmes et aux enfants et sur le

genre.

➢ En dehors des cours, les membres des cercles élaborent des outils Reflect pour

analyser les problèmes de leur localité. Des idées d’actions sont identifiées et leur

mise en œuvre est assurée sous forme de plan d’action.

➢ Les différents centres développent aussi des activités génératrices de revenus

  1. congés solidaires

Suite au constat de manque d’infrastructures de formation capables de satisfaire les

besoins de renforcement des capacités des populations et des acteurs de développement

en particulier, ALPHADEV dans son souci permanent de favoriser un développement

endogène à la base a reçu une volontaire

spécialiste en réseautage durant le mois de

décembre 2008 en partenariat avec le

Centre Canadien d’Etude et de Coopération

Internationale et le Réseau International

Solidaire des Opérateurs et Acteurs en

Alphabétisation (RISOA)

Ainsi 10 visites ont été effectuées au niveau

des organisations partenaires pour identifier leurs capacités et leurs besoins.

10

Ces visites nous ont permis de faire le portrait de ces différentes organisations

communautaires.

A l’issus des visites, un atelier de formation regroupant

11organisation sur les techniques de réseautage a

été tenu. Cet atelier nous a permis de mettre en

place un réseau des partenaires d’ALPHADEV du

département de Pikine.

Ce réseau étant un cadre d’échange et concertation afin

d’identifier les besoins et trouver des solutions

appropriées mais également de rentabiliser les produits

commerciaux des femmes.

III/ ALPHAFR L’initiation à l’informatique Alphabétisation en français

Pour diversifier son offre de services, ALPHADEV a innové avec l’initiation à

l’informatique des femmes néo alphabètes et l’alphabétisation en français par la mise sur

pied d’une classe Alphafr pour mieux répondre aux attentes

des bénéficiaires.

Cette Classe se veut être à la fois un cadre

d’apprentissage du français mais aussi l’usage de l’outil

informatique.

Alphafr dans sa phase initiale a effectué des activités

d’initiation et de translation de la langue locale à la langue française de certains savoirs.

Ceci a persisté dans sa pérennisation des acquis avec un changement de calendrier qui a

permis de renforcer les cours aussi bien les séances de travail. Ainsi une rubrique y était

ajoutée à savoir : l’art culinaire.

Les activités sont axée autour de : L’Expression orale, L’Expression écrite, santé de la

reproduction, initiation à l’informatique et l’Art culinaire.

Résultats obtenus

A travers la classe, nous avons voulu donner un peu plus de responsabilité et de liberté

aux participants de pouvoir créer et progressivement mettre en application leurs acquis.

11

La mise en valeur de leurs savoirs nous permet de perfectionner le langage écrit donc

tout ce qui entre en vigueur pour la création de phrases correctes.

Ces exercices leur ont permis de faire une translation de la langue locale au français de

certaines expériences vécues.

Nous pouvons noter que c’est la consolidation et la fixation des savoirs. Il a été introduit la

notion d’Excel avec le calcul des unités simples et l’addition par la somme automatique.

Art Culinaire L’art culinaire est une initiative qui vient renforcer l’animation de la salle mais aussi la

capacité des participants à la mise en application des

savoirs acquis en santé alimentaire. Pour ce faire nous

avons réparti les recettes en trois parties que

sont :

  • La pâtisserie
  • La cuisine simple (sur le Plat)
  • Les crèmes desserts

La Classe Alphafr permet également aux participants de se connecter et effectuer des

échanges avec les participants du carrefour Saint Charles de Montréal au Canada, fruit

de la visite d’échanges au Canada en 2007.

Egalement des cours en informatique sont donnés aux jeunes de la banlieue.

A ce jour 23 jeunes sont formés en Initiation et en bureautique Autres activités

ALPHADEV a participé à l’ensemble des activités organisées par la plate forme des Acteurs

Non Etatiques (ANE) ainsi qu’à la rencontre préparatoire de la ConfiteaIV au mois d’avril 2008

IV Partenariat

Visites d’échanges au Canada

Le Réseau des Groupements Populaires en Alphabétisation du Québec (RGPAQ)

partenaire du Centre Canadien d’Etude et de Coopération Internationale (CECI) venu

assister au séminaire professionnel « Dakar 2007 » a visité en novembre 2005, le

programme Reflect dans la banlieue dakaroise. Cette visite a donné naissance à un

partenariat solide bâti sur les échanges d’expériences.

12

Ce programme de visite s’étale sur une période de trois ans dans l’axe Québec /Sénégal.

Suite au séjour de nos praticiens en 2007, deux formatrices du Regroupement des

Groupes Populaires en Alphabétisation du Québec pendant quinze jours sont venues à

l’automne 2007 au Sénégal pour une formation sur l’approche Reflect.

En 2008, nos praticiens avaient séjourné au Canada pour rencontrer d’autres groupes

alpha, afin de mieux partager l’approche mais apprendre aussi les bonnes pratiques.

Difficultés

La faiblesse des ressources financières pour répondre aux attentes des populations qui

formulent de plus en plus des demandes en formation non satisfaites

Perspectives

❖ Mise en réseau des différentes organisations partenaires d’ALPHADEV

❖ Mise en œuvre d’un centre d’apprentissage populaire (CAP) pour la réinsertion

professionnelle des enfants déscolarisés et des jeunes filles analphabètes

❖ Elaboration d’un plan stratégique

❖ Evaluation des cercles Reflect en partenariat avec South Africain Network Reflect

(SARN)

IV visibilité

Pour assurer une gestion efficace et efficiente des programmes, ALPHADEV a mis en

place des outils de gestion interne et externe que sont entre autres : la plaquette

d’information, guide d’organisation, manuel de procédures et un règlement

intérieur.

Et dans le souci d’assurer une bonne visibilité, ALPHADEV publie son bulletin

d’information électronique bimestriel et son site web : www.ongalphadev.org

Conclusion

Malgré la faiblesse de ses ressources internes, ALPHADEV a pu relever le défi de

l’organisation et de la mobilisation, grâce à l’esprit créatif de ses membres.

Aujourd’hui, nous démarrons l’année 2009 avec des nouvelles ambitions pour servir

encore une fois notre communauté.

13

ALPHADEV travaille pour être chaque jour plus efficace et efficient dans ses

interventions, c’est la raison pour laquelle des mesures salutaires sont préconisées, telles

que : la définition d’un nouvel organigramme avec un Conseil d’administration investi d’un

pouvoir de contrôle pour la Direction, des chargés de programmes avec des résultats à

atteindre dans le temps.

Nous restons conscients, qu’ils nous restent encore du chemin à parcourir pour la

réalisation de notre plan stratégique.

Nous remercions ceux ou celles qui nous ont soutenu durant cette année et qui

continuent à le faire, ALPHADEV ne ménagera aucun effort pour continuer leur confiance

tout en saluant la bonne collaboration des collectivités locale

Renforcement des capacités sur les approches participatives

ALPHADEV entretient un vaste programme de renforcement des capacités des partenaires locaux.

La présence d’une conseillère en communication du CECI (mai 2014 à mars 2015) permet de renforcer les capacités du personnel et des bénéficiaires en matière de communication.

Depuis 2008, ALPHADEV assure la formation à l’approche «REFLECT» des animateurs de KEHO et de APROVAG dans les régions de Kédougou et de Tamba. A ce jours plus 30 animateurs villageois ont été formés et sont opérationnels dans les programmes mis en œuvre par ActionAid pour l’accès à l’éducation des enfants et des adultes.

ALPHADEV appuie également le renforcement de capacité des élus locaux dans le cadre de la décentralisation, en plus d’offrir à ses différents partenaires locaux plusieurs services dont entre autres:

  • Formation d’animateurs et superviseur en alphabétisation
  • Formation d’animateurs et de formateurs à l’approche «REFLECT»
  • Appui conseil des groupements de femmes
  • Renforcement de capacité  et encadrement des organisations communautaires
  • Formation d’agents communautaires
  • Traduction de documents en langues nationales
  • Suivi et évaluation de programme de développement
  • Soutien aux activités génératrices de revenus
  • Formation en informatique et alphabétisation en français

De plus, les programmes d’échanges avec les partenaires CECI, RGPAQ et Planète Urgence permettent d’assurer la mise à niveau des compétences du personnel. Cela se fait soit par l’envoi de volontaires Nord-Sud ou par le biais de visites d’échanges Sud-Nord.

Le programme de congé solidaire de Planète Urgence permet l’envoi de volontaires pour des périodes de deux semaines. Sur la photo, plus de 25 personnes ont suivi une formation en informatique du 25 août au 6 septembre 2014.

Notamment, en 2013 ce programme a permis au directeur exécutif d’ALPHADEV de prendre part à l’assemblée générale annuelle du Regroupement des Groupes Populaires en Alphabétisation du Québec et de visiter des centres d’alphabétisation qui expérimentent l’approche «REFLECT».

PALAM

Dans le cadre du PALAM (Programme d’Alphabétisation et d’Apprentissage aux Métiers) pour la lutte contre la pauvreté avec le Ministère de la famille et des organisations féminines, ALPHADEV met en œuvre un projet d’alphabétisation des femmes et des Ecoles Communautaires de Base de la communauté rurale de Gniby dans la région de Kaffrine.

La mise en œuvre des activités du PALAM dans la communauté rurale de Gniby a débutée le 11 juin 2013 par une grande mobilisation sociale en présence des autorités et des acteurs du PALAM dans la communauté rurale.

La première composante du programme est constituée de 05 ECB (école communautaire de base) avec des enfants âgés de 09 à15 ans a démarré dans les villages de Gniby, Thione, Dioumada, Mbégué et de Darou Salam.

Dans un deuxième temps, le programme a vu l’enrôlement de 45 jeunes filles et garçons âgés de 16 à 24 ans dans le village de Gniby pour une durée de 12 mois dans les classes d’alphabétisation en langue nationale wolof. Parallèlement aux cours d’alphabétisation, ces jeunes suivent un apprentissage de métiers dans les ateliers de Gniby à savoir la coiffure, la couture, la menuiserie bois et métallique ainsi que la teinture. Pour la deuxième phase ALPHADEV a enrôlé 30jeunes dans deux classes d’alphabétisation toujours à Gniby.

En novembre 2014, les trois (3) meilleurs élèves de chaque ECB (15 au total) ont reçu chacun un lot de récompense durant la cérémonie organisée par le PALAM dans la commune rurale de Nginth Pathé. Pour l’année 2014-2015 des élèves issus de ces ECB seront présents aux concours d’entrée en sixième et à l’examen du CFEE.

Le programme PALAM permet également à près de 150 femmes âgées de 25 à 49 ans d’être alphabétisées en langue nationale sérère pour une période de 12 mois dans six villages : Gniby, Thione, Mbégué, Doumada, Darou Salam et PanalMbayard. Ces femmes ont aussi suivi une formation technique en transformation céréaliére, en l’huile artisanale, encouture, teinture.

ALPHADEV a également ouvert grâce à la collaboration de l’Ambassade du Canada au CREPA (Centre de Ressources Éducationnelles pour les Adultes) de Gniby un centre d’information et d’éducation aux droits de l’homme(CIDH).Des causeries dans les classes d’alphabétisation ont été animées dans tous les villages d’intervention par des para-juristes formés pour assurer les animations.

ALPHADEV a aussi ouvert avec l’appui de l’office national pour la formation professionnelle deux classes d’alphabétisation, l’une en langue nationale wolof à Gniby et l’autre en langue nationale sérère dans le village de Boye Ngabou.

Centre d’Apprentissage Populaire (CAP)

Le programme de mise à niveau et de soutien à l’insertion professionnelle de jeunes déscolarisés et de analphabètes (filles et garçons) se fait à travers la mise en place d’un Centre d’Apprentissage Populaire (CAP). Il s’agit d’un espace éducatif et de formation qui reçoit des jeunes filles et garçons déscolarisés et analphabètes. Le centre offre une formation de base dans les apprentissages instrumentaux avec une articulation dans un métier susceptible de leur faciliter une insertion socio économique et une protection sociale adaptée.

L’objectif de ce programme est d’améliorer le niveau d’éducation des jeunes déscolarisés et analphabètes (filles et garçons) afin de contribuer à leur meilleure insertion sociale et professionnelle.

Un total de 60 jeunes âgés de 15 à 20 ans, dont 40 filles, de la commune d’arrondissement de Malika ont bénéficié de la phase 1 du programme (2011-2014). Fort de sa popularité, la phase 2 du programme (2015-2018) accueille près de 86 élèves.

De plus, dans le cadre de ce programme ALPHADEV a adopté une Politique de Protection de l’Enfant afin de manifester son engagement et sa détermination pour la prévention des abus envers les enfants. Cette politique de protection de l’enfant passe par l’élaboration des normes et procédures de protection des enfants au sein de l’organisation.

Le programme de mise à niveau et de soutien à l’insertion professionnelle de jeunes déscolarisés et de analphabètes est réalisé grâce au soutien financier de Terre des Hommes Suisse.

Realisations

Accompagnement des organisations de base

À ce jour ALPHADEV, accompagne près de 70 organisations de base dans les zones des Niayes, Keur Massar, Malika, Yeumbeul Nord et Yeumbeul Sud, ainsi que dans les régions de Thiès, Kaolack, Saint Louis et Kaffrine. Cet accompagnement se fait à travers des programmes d’alphabétisation, d’appui aux activités génératrices de revenu, d’éducation à la citoyenneté, de protection de la femme et de l’enfance, et de communication sur la santé et l’environnement. A ce jour plus de 3000 femmes ont bénéficié de ce programme.

Ces initiatives ont menés à la formation de quatre Groupements d’Intérêt Économique (GIE) : « Jooko-Jookkodiral » (1997), « Bamtare Jigéen ni » (2000), « Dental Jiggeén » (2003), et « Sop Nabie » (2009).

Les GIE se sont regroupés sous la fédération « Jàn Ngir Sugaliku » en 2007. Cette fédération a pour mission de lutter contre l’ignorance et de promouvoir l’autonomisation socio-économique des femmes de la zone des Niayes et dans les régions.

Appui à la mise en place d’un Réseau des Conseillères de l’Arrondissement des Niayes

Dans le cadre de l’exécution de son programme de promotion de l’approche genre dans les pratiques sociales et politiques publiques décentralisées, ALPHADEV a organisé plusieurs sessions de formation et de renforcement de capacité des femmes élues des Niayes. Cette initiative a mené à la mise en place du Réseau des Conseillères de l’Arrondissement des Niayes (RECAN), en 2010.

Contribution à l’insertion socio-économique des jeunes

Depuis 2011, le Centre d’Apprentissage Populaire (CAP) permet à 60 jeunes âgés de 15 à 20 ans d’obtenir des compétences de vie articulées à un apprentissage de métier pour leur insertion socio-économique. Ce centre a vue le jour dans le cadre du programme de mise à niveau et de soutien à l’insertion professionnelle des jeunes déscolarisés ou analphabètes de la commune de Malika.

Mise en place d’un journal en langues nationales (Wolof, Sérère, Pulaar)

ALPHADEV a lancé la publication d’un journal trilingue (Wolof, Pulaar et Sérère) qui se veut une tribune favorisant un dialogue riche et fécond entre tous les acteurs du secteur (opérateurs, bénéficiaires, instances gouvernementales).

Ce journal est né en 2000 sous l’initiative d’un groupe de superviseurs, moniteurs, coordinateurs qui ont conduit un sous projet d’alphabétisation du PAPF en 1997. Dans un souci de pérenniser l’environnement lettré suite à ce projet, le personnel a eu l’idée de mettre sur pied un bulletin de liaison appelé Jokkoo/JOKKONDIRAL. La revue bilingue de 8 pages tirée à plus de 1500 exemplaires offre aux participants un cadre pour mettre en pratique les connaissances instrumentales acquises.

Depuis sa création, le comité de gestion a fonctionné grâce à la bonne volonté de ses membres. Faute de financement la publication du journal a été suspendue. ALPHADEV compte reprendre ce projet et travaille présentement à sécuriser les appuis financiers nécessaires.

Mise en place d’un programme de renforcement des capacités sur les approches participatives

ALPHADEV est devenu une ressource importante dans la région en matière de renforcement des capacités. En effet, le programme de renforcement des capacités permet non seulement de renforcer les acquis de son personnel mais aussi d’assurer la formation des différents partenaires locaux sur les approches participatives, telle l’approche REFLECT.

Appui à la promotion des droits des femmes et des filles

Le Programme d’Appui à la Promotion des Droits des Femmes et des Filles du Ministère de la Justice permet l’éducation et la sensibilisation des femmes et des filles pour une meilleure prise de conscience de leurs droits au sein de la société. Parmi les activités réalisées en 2013 dans le cadre de ce programme on note :

  • Formation de 10 para-juristes sur le cadre légal de protection des femmes et des enfants ;
  • célébration de la journée mondiale de la prévention des abus envers les enfants le 19 novembre ;
  • actions de sensibilisation visant la vulgarisation des textes de lois qui protègent les femmes et les jeunes contre les violences, dans les communes de Keur Massar, Yeumbeul Nord et Yeumbeul Sud ; et
  • mobilisation sociale pour vulgariser les acquis du projet.

ALPHADEV souligne la Journée Mondiale pour la Prévention des Abus envers les Enfants

Ce mercredi 19 Novembre, ALPHADEV a commémoré la Journée Mondiale pour la Prévention des Abus envers les Enfants et la journée des droits de l’enfant (20 novembre). Cette journée a pour objectif de mettre en évidence le problème des abus ainsi que la nécessité d’intervenir de toute urgence par la diffusion de programmes de prévention. Pour ALPHADEV la protection de l’enfant occupe une place centrale dans ses différentes interventions.

La journée a débutée par des groupes de discussion avec les élèves et s’est poursuivie avec les portes ouvertes devant les locaux d’ALPHADEV et une mobilisation sociale.

Durant l’activité, les élèves ont fait de l’animation et ont lancé des messages de prévention soulignant le thème de la journée : « La dépendance et abus de substances », avec comme sous thème : l’alcool,  le « yamba » et la jeunesse de la banlieue. Comme on peut voir sur les photos, ils ont notamment interrogé les passants dans la rue pour les sensibiliser aux dangers de la consommation de drogue et d’alcool.

 

Lors de la mobilisation sociale, en soirée, ALPHADEV en a profité pour faire le lancement de sa politique de protection des enfants afin de manifester son engagement et sa détermination pour la prévention des abus envers les enfants. Cette politique a été élaborée dans le cadre du programme de mise à niveau et de soutien à l’insertion socio professionnelle des jeunes déscolarisés et/ou analphabètes de la commune de Malika en partenariat avec Terre des hommes Suisse. Elle passe par l’élaboration des normes et procédures de protection des enfants au sein de l’organisation.

Ce mercredi 19 Novembre, ALPHADEV a commémoré la Journée Mondiale pour la Prévention des Abus envers les Enfants et la journée des droits de l’enfant (20 novembre). Cette journée a pour objectif de mettre en évidence le problème des abus ainsi que la nécessité d’intervenir de toute urgence par la diffusion de programmes de prévention. Pour ALPHADEV la protection de l’enfant occupe une place centrale dans ses différentes interventions.

La journée a débutée par des groupes de discussion avec les élèves et s’est poursuivie avec les portes ouvertes devant les locaux d’ALPHADEV et une mobilisation sociale.

Durant l’activité, les élèves ont fait de l’animation et ont lancé des messages de prévention soulignant le thème de la journée : « La dépendance et abus de substances », avec comme sous thème : l’alcool,  le « yamba » et la jeunesse de la banlieue. Comme on peut voir sur les photos, ils ont notamment interrogé les passants dans la rue pour les sensibiliser aux dangers de la consommation de drogue et d’alcool.

Lors de la mobilisation sociale, en soirée, ALPHADEV en a profité pour faire le lancement de sa politique de protection des enfants afin de manifester son engagement et sa détermination pour la prévention des abus envers les enfants. Cette politique a été élaborée dans le cadre du programme de mise à niveau et de soutien à l’insertion socio professionnelle des jeunes déscolarisés et/ou analphabètes de la commune de Malika en partenariat avec Terre des hommes Suisse. Elle passe par l’élaboration des normes et procédures de protection des enfants au sein de l’organisation.

 

 

 

 

 

RAPPORT DE L’ÉTUDE DIAGNOSTIQUE SUR L’INDENTIFICATION DES  TYPES DE VIOLENCES ENVERS LES ENFANTS

Un atelier portant sur le partage de l’étude diagnostique sur l’identification des types de violences faites aux enfants a eu lieu le 27 juin 2014 dans les locaux d’ALPHADEV.

La présentation est faite par Mme Oulimata Fall coordinatrice et responsable des droits humains et M. Bathie Diouf superviseur dans le programme PALAM à KAFRINE. La restitution du diagnostique a été représentée sous forme d’outil de synthèse avec des statistiques à l’appui.  Pour s’assurer de la conformité des résultats obtenus des questionnaires et focus groupe, Mme Fall, a aussi permis à l’auditoire d’affirmer ou d’infirmer les résultats obtenus de ce diagnostique.

Ce travail devait permettre d’identifier de manière collégiale les types de maltraitances en fonction du contexte relatif aux acteurs. En dépit de toutes les causes envisagées comme menant à la maltraitance d’autres ont été soulevées. Parmi les causes de maltraitance identifiés par les participants on note par exemple l’approche vestimentaire, les enfants qui ne sont pas nés d’un mariage mais aussi les enfants vivant dans les familles nucléaires.

L’atelier avait aussi pour objectif de prendre en compte les soucis de tous les intervenants pour la rédaction d’un document juridique destiné à protéger les enfants élèves du CAP. Ce document juridique pourrait être finalisé avant la fin de l’année en cours.

Le débat entourant les recommandations saisies lors des ateliers de formation a été partagé. On note que les parents d’élèves et les élèves eux-mêmes n’ont généralement pas le même point de vue sur les questions des enjeux du programme Keeping Children Safe (KCS), notamment en ce qui concerne les questions de religion et traditions.

La rencontre s’est terminée sur une note positive. Les parents invités ont fait preuve de satisfaction, ils se sont réjouis d’avoir partagé avec leurs enfants et ont témoigné de la pertinence de leurs interventions. Les élèves du CAP quand à eux se sont exprimé avec beaucoup de conviction et maturité.

Un bref rappel par M. DIAKHATÉ faisait valoir la mission du C.A.P. aux parents et élèves présents qui est entre autre d’assurer un développement participative à travers la réinsertion sociale et l’autonomisation des couches défavorisées mais aussi de la noble objectif d’alphadev qui est d’être une ONG de référence. Il a ensuite  rappelé la mission du KCS au sein de l’organisation et des programmes dans le cadre desquels il a été initié. Il s’est par ailleurs prononcé sur l’importance de cette mesure et sur la responsabilité des différents acteurs concernés.

L’atelier a répondu aux normes de genre dans la mesure où toutes les catégories sociales avaient répondues présentes (hommes, femmes, parents d’élèves, élèves, superviseurs, chefs d’ateliers, animateurs…).

Au terme de cet atelier, les soucis de tous les intervenants devraient être pris en compte dans le document juridique destiné à protéger les enfants, élèves du CAP. Ce document juridique pourrait être finalisé avant la fin de l’année en cours par l’équipe chargée de sa rédaction.

Le débat a été partagé. La question des religions a rebondi à plusieurs reprises mais ne laissait pas en reste les questions traditionnelles et économiques, dont les enjeux importants sur le programme KCS (Keeping Children Safe).

La restitution du diagnostique a été représentée sous forme d’outil de synthèse avec des statistiques à l’appui que tout le monde pu constater.  Aussi Mme FALL, pour s’assurer de la conformité des résultats obtenus des questionnaires et focus groupe, à permis à l’auditoire d’affirmer ou d’infirmer les résultats obtenus de ce diagnostique.

Le travail du jour devait permettre d’identifier de manière collégiale les types de maltraitances acceptables ou non en fonction du contexte relatifs aux acteurs.

Ce tableau soumis aux élèves du CAP dans un premier temps faisait voir des réponses contradictoires et discutables et donc a été réintroduit dans la séance pour de nouvelles appréciations beaucoup plus objectives.

Maltraitances intolérables Maltraitances tolérables
Travail forcé, pénible sollicité par les parents C’est relatif selon la nature du travail et l’intension des parents. Le travail en question ne doit pas être abusif.
Privation de nourritures à son enfant pour lui en cas de faute La privation de nourriture ‘est pas en soit une solution pour corriger son enfant. Car la nourriture est un besoins fondamental et un droit fondamental
Injures, disputes ou bagarres entre élèves Ce n’est pas du tout acceptable selon certains dans la mesure où cela crée des clans dans la classe et les travaux de groupe ne pourront jamais aboutir. Certains élèves pensent que ces querelles ne sont pas assez graves car les élèves n’ont pas les mêmes humeurs, les mêmes éducations de base et comme telle chacun est libre de s’isoler.
Gronder  son enfant devant ces amis, indifférence ; Selon les enfants ce n’est plus un fait grave car ils ont l’habitude d’entendre ces injures et humiliations surtout de leurs parents. Ces derniers ne sont pas du même avis mais reconnaissent qu’ils sont les principaux responsables. Ils estiment être les références et doivent de se fait donner le bon  exemple.
Interdire son enfant de sortir de la maison ou de lui priver de loisir Intolérable car ce n’est pas une bonne stratégie d’éducation. Cela permet tout simplement à l’enfant d’en trouver hors de la maison.
Lui faire dormir par terre ou sous la véranda C’est une forme révolue de maltraitance car l’enfant a droit à une vie saine.
Le fait de se voler entre amis ou ses parents Pour les enfants ce n’est pas assez grave, mais pour les parents c’est un fléau car cela entraine de mauvaise habitudes chez l’enfant et peut gravement nuire à sa personnalité.
Trahison ou tromperies à l’égard de ses parents Ce n’est pas tolérable car entre le CAP et la maison c’est une complémentarité, les deux sont parallèles et indispensable à l’éducation de l’enfant.
Les moqueries Relativement intolérable car cela dépend de l’intension de son auteur.
Frapper ; gifler…… Intolérable
Menaces Intolérables
Frapper sa femme Intolérable
Se coller aux femmes dans les bus de transport. Ce n’est pas une maltraitance tolérable car ça entre dans le cadre des mauvaises habitudes.

 

En dépit de toutes les causes envisagées comme menant à la maltraitance d’autres ont été soulevées. Par exemple, on peut envisager la cause par l’approche vestimentaire, les enfants qui ne sont pas nés d’un mariage mais aussi les enfants vivant dans les familles nucléaires etc.

Tout le monde semble avoir reconnu que l’éducation de l’enfant commence  par celle que lui donne ces parents au sein du foyer dans la mesure où ils sont les principales références de leurs progénitures.

Après cet atelier, M. BATHIE DIOUF a fait une présentation orale des recommandations  saisies lors des ateliers de formation pour la mise en place d’un corpus juridique portant sur la réglementation du KCS. Sur ce, beaucoup de débat ont émergé sur les propositions lues par M. Diouf.

On note cependant que les parents d’élèves et les élèves eux mêmes n’ont généralement pas le même point de vue sur les questions. Malgré cela, on a su tirer les bonnes leçons des recommandations religieuses et ou traditionnelles.

Après cette intervention de M. DIOUF, M. DIAKHATÉ a pris la parole pour dire le mot de clôture. À cet effet il a  remercié les parents de leurs présences et les a exhorté à appuyer alphadev dans le processus d’élaboration du document KCS en vertu de la mission qui lui a été attribué.

Conclusion.

La rencontre a connu un bilan positif. La participation fut notoire, le climat était apaisé et basé sur un respect mutuel. Les parents invités ont fait preuve de satisfaction, ils se sont réjouis d’avoir partagé avec leurs enfants et ont témoigné de la pertinence de leurs interventions. Les élèves du CAP quand à eux se sont exprimé avec beaucoup de conviction et maturité.

L’atelier a été clôturé par des témoignages et des prières formulées en faveur de l’avancement  du projet CAP d’Alphadev et a pris fin vers 16 heures.

 

11 bénéficiaires développent leurs compétences entrepreneuriales

ALPHADEV et Planète Urgence ont permis à 11 bénéficiaires d’améliorer leurs compétences en gestion financière. Dans le cadre du programme de Congé Solidaire de Planète Urgence, Hayette Soltani, de formation auditeur, est intervenue pour former les participants à la gestion financière et à la comptabilité.

Cette formation s’est déroulée sur deux semaines, du 18 au 29 août 2014. Les 11 bénéficiaires – 4 hommes et 7 femmes âgés de 19 à 45 ans – sont enseignants, commerçants, fermiers ou étudiants. Ils ont pu acquérir les outils de base permettant d’améliorer la rentabilité de leur activité ou de mettre en place une stratégie financière pour leur projet de micro-entreprise. « Je fais de la comptabilité mais je n’ai jamais eu de formation, alors ça m’aide beaucoup à voir clair et à comprendre mon travail. J’ai acquis des notions que je n’avais pas », affirme Astou Ndiaye, une des participantes.

Au-delà de l’apprentissage des notions financières théoriques, les participants ont appris à développer les bons réflexes de l’entrepreneur. « Les exercices basés sur des exemples de situation directement issus de leur propre expérience leur ont permis de comprendre de manière illustrée l’articulation à faire entre la finance et l’entrepreneuriat », précise la formatrice Hayette Soltani. « D’un point de vue stratégique ils sont maintenant capables de prendre les bonnes décisions à partir du bilan financier qu’ils ont réussi à établir préalablement  grâce aux outils de gestion abordés pendant la formation»

Plusieurs participants comme Bacary Sané et Mamadou Camara ont plusieurs projets en tête. La formation leur a donc permis d’obtenir les outils nécessaires pour gérer leurs micro-entreprises. « Je sens une nette amélioration. Ça me permet de savoir comment gérer mon entreprise », a mentionné Camara qui souhaite avoir un poulailler.

La formation a connu un tel succès que les participants en redemandent encore. « Nous aurions aimé que ça continue pour avoir une formation plus poussée, et peut-être même avoir une formation sur l’utilisation des outils informatiques pour la comptabilité », conclut Sané.

Les participants ont reçu leur attestation à la fin de la formation.

50 bénéficiaires profitent de formations en marketing commercial et en communication

Le programme de renforcement des capacités d’ALPHADEV a permis à plus de 50 personnes de recevoir des formations en marketing commercial et en communication au cours du mois d’octobre.

Formation en marketing commercial

Les 14 et 15 octobre, plus de 25 participantes de la Chambre des Métiers Artisans ont assistés à une formation en Marketing commercial offerte par la volontaire du programme de Congé Solidaire, Marie-Josée Simard. Au cours de la formation les participantes ont pu se familiariser avec les notions de base du marketing et développer quelques outils tel logos et promotions, qui les aideront à mieux commercialiser leurs produits.

Sur les photos nous pouvons apercevoir les participantes à l’œuvre lors des ateliers sur la création de logos.

Formation en communication

Une bonne communication est un élément essentiel pour toutes les organisations. C’est pourquoi ALPHADEV avait convié 25 personnes pour participer à une formation sur les techniques de base de la communication les 21 et 22 octobre derniers. Cette formation était offerte par la Conseillère en communication Nadia Berger. Parmi les participants on retrouvait le personnel d’ALPHADEV, des représentantes des groupements de femmes membre d’ALPHADEV, ainsi que différents partenaires locaux des communes de Malika, Keur Massar et Yeumbeul Nord et Sud (mairies, associations communautaires œuvrant auprès des jeunes, des femmes et des handicapés moteur).

À travers différentes activités participatives, les participants ont pu acquérir des notions sur l’élaboration d’une stratégie de communication, l’élaboration de messages de communication, la préparation de plan de communication et les techniques de relations avec les médias.

Feature

Un volontaire de Planète Urgence anime une formation en bureautique

Dans le cadre du programme Congé Solidaire de Planète Urgence, Richard Ratton est intervenu pour offrir des connaissances de base en bureautique à 23 bénéficiaires. La formation a notamment permis aux participants de s’initier à Excel et Word.

Pour la majorité des bénéficiaires il s’agissait d’une initiation aux outils informatiques. « Je n’avais jamais manipulé un ordinateur de ma vie », dit madame Fatou Bà, une sage-femme à la retraite qui offre maintenant ses services à un regroupement de femmes entrepreneuses. « La méthode participative et la patience du formateur ont permis une bonne transmission du savoir. Maintenant je pourrai me servir de ces compétences pour écrire des rapports pour le réseau des groupements de femmes entrepreneuses. »

Quand à la jeune étudiante Kodou Niang, elle se sent maintenant mieux équipée pour poursuivre sa formation académique. « J’ai plus confiance en mes moyens. Je parviens à maitriser l’outil informatique et je peux maintenant faire un CV et des demandes de stage. C’est exactement ce que je souhaitais.»

Le formateur Richard Ratton n’en est pas à sa première expérience avec Planète Urgence. Après une première mission au Bénin en 2012, il a réalisé un deuxième mandat auprès des partenaires d’ALPHADEV.

« L’objectif est de transmettre mes compétences de manière optimale et transposable dans le quotidien des bénéficiaires », mentionne Richard. Son programme de formation a été adapté de façon à ce que chacun y trouve son compte. Ainsi, le débutant a pu acquérir des bases qui lui permettront de mieux appréhender l’outil informatique, et celui qui est plus avancé a été en mesure de compléter ses connaissances et continuer son apprentissage. « Au final, je souhaite simplement leur apporter un peu d’autonomie et les inciter à poursuivre dans leur démarche. »

Pour Richard, cette expérience vient combler un désir profond. « L’humanitaire est un désir profond qui date de nombreuses années. Grâce à cette expérience je me permet maintenant d’envisager que moi aussi je peux apporter ma contribution : ne plus être un spectateur, mais un acteur, en toute humilité, et agir comme un citoyen du monde. »